[In the Shell]

 

Avant de pouvoir trouver son nom à cette série de clichés, il a fallu pour moi revenir à l’essentiel, au pourquoi, à l’origine de cette idée première que de photographier des parties du corps humains.

Je pense que ce qui m’a séduit dans le concept du détail est le paradoxe de l’anonymat et de l’identité, tous deux représentés simultanément en un cliché. Cette main peut être à n’importe qui, c’est une main, mais le protagoniste a choisi de la serrer fort, de la tourner, de la tendre, et de concentrer son soi unique dans ce geste, qui rend cette main unique et identitaire, à la fois un message de l’esprit et de l’enveloppe qui l’habite.

J’aime donc représenter ce qu’il y a sous la peau, sous la coquille qui abrite chaque âme de ce monde. Je veux aller « In the shell »